La Chandeleur

Les crêpes
les cierges
quelle origine?
Dans l'Hurepoix
quelques proverbes
Petite Bibliographie  

Voici venir la Chandeleur, au deuxième jour de février.

Mais qu'est la chandeleur demande le jeune enfant qui entend pour la première fois ce terme?

La Chandeleur! répondons-nous tous en choeur c'est le jour des crêpes, des crêpes que l'on prépare entre amis, ou entre parents et que l'on fait sauter ou que l'on tourne dans la poêle tout en tenant dans la main une pièce en or, parce que réussir cette acrobatie porte bonheur dit le dicton... que plus personne ne croit. Mais combien sommes-nous à essayer quand même, des fois que... pour que l'argent ne manque pas durant l'année à venir, pour que les maladies nous épargnent...

NB il est aussi possible pour appeler la prospérité de faire atterrir la crêpe sur l'armoire et de l'y laisser toute l'année.

 
 
Des crêpes ! des crêpes onctueuses, savoureuses, dorées comme le soleil d'été... des crêpes préparées pendant la messe de la Chandeleur, avant le coucher du soleil ; après, éviter: cela porte malheur!

Mais savez-vous que dans certaines régions, les crêpes ont remplacé
les beignets aux pommes dans le Berry,
les Roubigneaux dans l'Yonne

Si vous voulez goûter les Roubigneaux : ce sont des beignets composés de farine délayée dans du lait et frits dans la poêle, à l'huile et au beurre.
Les mariottes à Montbard
Les navettes à Marseille

 

 

Une fête avant tout religieuse.

Mais si la coutume fut et reste, dans beaucoup de régions françaises de préparer des crêpes, ce n'est pas de ce met que ce jour tient son nom.

En effet, ce jour est celui pour les Chrétiens de la célébration de la présentation du Christ au Temple et des relevailles de Marie.

Pendant cet office étaient bénits et allumés de nombreux cierges. Ceux-ci avaient ensuite le pouvoir, lorsqu'ils étaient rallumés pendant un orage de chasser la foudre, et plus généralement de tenir éloignés les mauvais esprits, les démons, les intempéries.
Des processions avaient lieu dans les champs et les vignobles, surtout au Moyen Age, mais aussi de l'église à la demeure. Essayez, le deux février prochain: allumer un cierge après l'avoir fait bénir, à l'église et gagnez votre demeure, en veillant à bien protéger la flamme, car retenez bien ceci, si elle s'éteint, vous êtes certain de mourir dans l'année.

 
 

Quelle origine?

Elle fut instituée par le Pape Vigile (VI siècle) pour remplacer la fête de Proserpine que l'on célébrait par des courses aux flambeaux.

Suivant Innocent III, elle fut établie par le Pape Gélase Ier (V siècle), qui la substitua aux Lupercales, fêtes établies en l'honneur de Pan, et qui étaient accompagnées de courses semblables.

L'origine de la Chandeleur est païenne et remonte aux Parentalia romaines: c'est-à-dire à leur fête annuelle en l'honneur des morts, au cours de laquelle ils veillaient à l'aide de cierges et de torches, en honorant Pluton et les dieux infernaux. 

 

Dans l'Hurepoix

Les chandelles servaient le plus souvent à veiller les agonisants ou lors des veillées funèbres, mais plus rarement pour préserver les maisons de la foudre.

Toutes les croyances relevées, en rapport avec les crêpes se rapportent à la richesse (future, en argent, en récolte...) que peut apporter le simple fait de les faire, de les conserver dans un endroit, ou de les cuire avec dans la main de l'argent. Certaines croyances se rapportent à la santé (chasser les puces de chez soi...)

De nombreux dictons prédisent le temps, à partir de l'observation de l'attitude du loup ou de l'ours.... dans une région où depuis longtemps le loup, et surtout l'ours, ont disparu. on peut noter que dans de nombreux proverbes, le loup a remplacé l'ours.

 
 
Les proverbes ont trait bien souvent soit au temps (prévision du temps selon l'attitude des animaux, loup ou ours), soit à la bonne ou mauvaise fortune
Pour la chandeleur, l'hiver meurt ou prend rigueur. Berry

S'il pleut sur la chandelle, il pleut sur la javelle. Berry

La chandeleur rompt le cou aux veilleurs, mais les bons enfants vont jusqu'à carême prenant. Yonne

 

 

Toute petite bibliographie:

—Vielfaure Nivole, Beauviala A. Christine, Fêtes, coutumes et gâteaux, Christine Bonneton éditeur, Le Puy.

—Mozzani (Eloïse), Le livre des superstitions, mythes, croyances et légendes, collection Bouquins, Editions Robert Laffont, 1995.

— Cretin (Nadine), Thibault (Dominique), Le livre des fêtes, Gallimard Jeunesse, 1995.

— Seignolle Claude et Jacques, Le folklore du Hurepoix, moeurs et coutumes d'Ile de France, G.-P. Maisonneuve et Larose, Paris, 1978

— Seignolle Claude, Le Berry traditionnel, Maisonneuve et Larose, Paris,1990

— Moisset Charles, Les usages, croyances, traditions, superstitions de l'Yonne, Editions Jeanne Laffitte, Marseille, 1982, réimpression de l'édition d'Auxerre 1888

— Clébert Jean-Paul, Les fêtes en Provence, Editions Aubanel, Lyon, 1994  

 

mise à jour janvier 2001
Copyright © 1997-2001 textes et dessins Dolaine Périnelle. Tous droits réservés